MELT YOURSELF DOWN


PAYS: Angleterre
LABEL: Leaf label
ALBUM: Last Evenings On Earth
STYLE: Afro Punk Jazz Groove
LINE UP: 6 (chant, saxophone x2, basse, batterie, percussions)
BOOKING: France
TOURNÉE: toute l’année


Last Evenings On Earth est le deuxième album de Melt Yourself Down, colporteurs évangéliques d’un post-punk exotique et apocalyptique à l’ADN largement chamboulé. Attrapez votre passeport et laissez l’hydre à sept têtes vous emporter dans ce voyage singulier d’un continent à l’autre, sans répit. Si le premier album éponyme de Melt Yourself Down s’élevait de catacombes poussiéreuses, ce nouveau voyage est beaucoup plus enivrant. Sur Last Evenings On Earth, le groupe a migré vers une métropole pour fusionner avec les pulsations et les décharges sombres qui la parcourent.

Capturant l’énergie brute et l’intensité débridée des prestations live de Melt Yourself Down, ce second album délivre une musique aux paroles imaginaires et incantatoires. Ici le langage se désintègre et se voit remplacer par quelque chose de plus profond, de plus primaire, une danse enflammée menée par le frontman Kushal Gaya. De quoi véritablement vous plonger en transe sur ‘The God Of You’ puis vous pousser à abandonner toutes possessions matérielles et à questionner le sens de la vie le temps d’un ‘Jump The Fire’ étourdissant.

Les ressentez-vous, sur ‘Dot Dot Dot’, ces vibrations essentielles de la vie urbaine, ces gouttes de sueur qui envahissent les sous-sols et autres caves perdus dans New-York, Londres, Rio ou Lagos ? Les voyez-vous, au loin, ces rayons de soleil argentés se refléter sur la mer le temps d’un ‘Yazzan Dayra’ source d’une frénésie incontrôlée, comme si vous étiez balancé au milieu de derviches tourneurs ou de circle pits du punk hardcore ?

Avec ce deuxième album, Melt Yourself Down célèbre avant tout sa propre évolution musicale. De ce disque se dégage une réelle unité, en terme de son et de dynamique. Rien d’étonnant puisque le groupe compte dans ses rangs quelques uns des musiciens les plus doués de leur génération. Ainsi, Last Evenings On Earth s’impose comme un condensé de l’expérience humaine au sens large, résumée en une poignée de rituels chamaniques. Une aventure autant physique que spirituelle, une exploration, un véritable grand-tout musical.

Presse:

« sans aucun doute le live et le final le plus dingue de  la saison. » – Radio Nova, 11 avril 2015